Les Diables rouges en route vers la CAN 2021 au Cameroun

Souvent absent de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, le Congo tient sa deuxième place qualificative lors des éliminatoires.

Avec une seule qualification lors des dix dernières Coupes d’Afrique des Nations — et un quart de finale, perdu, en 2015 —, les Diables rouges peuvent rêver. Leurs parcours au sein du groupe I des éliminatoires en vue de la CAN 2021 est pour le moment un quasi sans-faute. Certes, le Sénégal a survolé les débats et s’est d’ores et déjà qualifié. Il ne reste qu’une place. L’Eswatinin éliminé, cela se jouera entre la République du Congo et la Guinée-Bissau. Les hommes de Valdo comptent actuellement 7 points après leur match nul au Swaziland. La défaite contre le Sénégal lors de la première journée n’a donc eu que peu d’impact, les joueurs congolais ayant encore quatre points d’avance sur leurs poursuivants.

Un match décisif contre la Guinée-Bissau en mars 2021

Mais il faudra résister à la pression. Le Congo recevra le Sénégal fin mars, après une longue période sans compétition. Mais c’est le dernier match qui pourrait être décisif, entre la République du Congo et la Guinée-Bissau. Avantage, en tout cas, aux Diables rouges qui ont engrangé un maximum de point avant la dernière ligne droite. Les hommes du Brésilien Valdo ont même infligé une sévère correction à la Guinée-Bissau en novembre dernier. Prince Ibara, puis Silvère Ganvoula et Junior Makiesse avaient scellé la rencontre de fort belle manière. Deuxième du groupe I, le Congo voit donc à l’horizon le Cameroun, pays organisateur de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations.

1972, l’année de l’exploit

Se qualifier serait un exploit, tant les joueurs congolais ont peiné, ces dernières années, à sortir des éliminatoires. En 2015, le Congo s’était qualifié de belle manière pour la CAN en terminant deuxième de son groupe derrière l’Afrique du Sud, et devant le Nigeria. Avec trois participations à la CAN depuis vingt ans, le Congo peut donc espérer retrouver ses couleurs. Il faudra éviter le faux-pas en mars prochain. Alors, les joueurs de Valdo pourront se concentrer sur la phase finale et, pourquoi pas, se mettre à nouveau à rêver à une victoire, comme ce fut le cas en 1972. Le Congo avait, à l’époque, remporté le trophée suprême.